Améliorer sa confiance en soi

La confiance en soi dépend de multiples facteurs : le tempérament, l’éducation, la culture dans laquelle nous vivons, nos événements de vie, l’attitude de notre entourage… On peut la faire grandir, en commençant par se demander ce que l’on veut réellement atteindre, puis en mettant en œuvre quelques principes de base pour changer le regard que nous portons sur nous-même. Pas de grand secret, mais des efforts, de la patience, et un brin de théorie sur la question.

Plus de confiance en soi, pourquoi ?

Avant de se lancer dans un travail sur soi, encore faut-il clarifier ce qui nous pose problème.

« Je ne m’aime pas, je me dévalorise. » Ici, il est plutôt question d’estime de soi. L’estime de soi consiste à s’accorder de la valeur. Elle dépend moins de nos performances et accomplissements que de la manière dont nous nous conduisons. Plus nous agissons en accord avec nos valeurs, et avec les valeurs dominantes dans notre culture, plus notre estime de soi s’élève. Comme ces valeurs peuvent rentrer en conflit, une bonne estime de soi est parfois difficile à atteindre. Par ailleurs, l’estime de soi suppose que l’on réponde à des critères qui ne nous sont pas toujours accessibles. C’est pourquoi aujourd’hui, certains auteurs préfèrent encourager l’autocompassion : il ne s’agit plus de s’accorder de l’estime parce que l’on colle à certains standards (que ce soit les nôtres, ceux de notre famille ou de notre société…), mais de s’aimer inconditionnellement comme un bon parent aime son enfant. Cet amour inconditionnel nous évite de nous nuire par des choix, des jugements ou des actions toxiques, et nous incite à faire tout ce qui est vraiment bon pour nous. Aussi étonnant que cela puisse paraître, cette capacité de bienveillance envers soi-même se travaille. Et c’est tant mieux, car elle représente un formidable support de guérison et de croissance personnelle ! Mais ceci fera l’objet d’un autre article.

« Je doute de moi, je n’arrive pas à m’affirmer, ou à sortir de ma zone de confort. » On touche ici davantage à la confiance en soi : un sentiment d’efficacité personnelle. Ce sentiment nous aide à aller de l’avant, à prendre des risques, à persévérer face aux difficultés, mais aussi à être pleinement nous-même dans nos relations avec les autres. Vous avez tendance à toujours remettre vos avis et vos choix en question ? A hésiter sur tout, même dans les domaines qui relèvent de votre champ de compétences ? A survaloriser l’avis des autres du détriment du vôtre ? Peut-être souffrez-vous du syndrome de l’imposteur, cette impression pernicieuse de ne pas être « à la hauteur », souvent source de honte et de culpabilité. Plus couramment, une personne peut avoir confiance en elle dans certains domaines (par exemple le travail et le sport) et pas du tout dans un autre (comme la vie sentimentale).

D’où vient la confiance en soi ?

Elle découle de nos actions, des résultats obtenus, des retours des autres, et d’une juste perception de toutes ces choses… ce qui ne va pas de soi. Si votre parcours ne vous a pas mené dans cette voie, ne vous en voulez pas : personne ne choisit de manquer de confiance en soi. N’en voulez pas non plus aux autres : même s’ils ont pu jouer un rôle dans vos difficultés, alimenter une éventuelle rancœur ou amertume à cet égard ne vous aidera pas à progresser. Ce qui compte maintenant, c’est que vous pouvez prendre les choses en main. Et pour progresser, il faudra passer à l’action dans les domaines où vous éprouvez des difficultés.

Comment remédier au manque de confiance en soi ?

On a tendance à croire que le manque de confiance nous empêche de faire ce dont nous rêvons. « Si seulement j’avais davantage confiance en moi, je pourrais… postuler pour une promotion / demander une augmentation / aborder une personne qui me plaît / avoir plus d’autorité avec mes enfants / dire à mon père ce que j’ai sur le cœur / partir seul(e) en voyage dans un autre pays… » . Or on peut avancer avec le manque de confiance, et avoir pour résultat… une confiance accrue. Autrement dit, mieux vaut prendre le problème à l’envers : oser… pour gagner en confiance. Oser entreprendre. Oser apprendre. Oser s’exprimer. Oser s’affirmer. Être la personne que l’on veut vraiment être, maintenant !

Mais certaines personnes se sentent « bloquées » au moment d’agir, procrastinent, paniquent, ou trouvent des prétextes pour ne pas se lancer (avez-vous remarqué comme notre intelligence est étonnamment créative dès qu’il s’agit d’éviter quelque chose qui nous fait peur ?). Une faible confiance en soi peut devenir un obstacle en apparence insurmontable. On est alors tenté de se résigner, de renoncer à ses rêves et ses ambitions. La confiance en soi, dans ce cas, ne fera que décroître. Comment renverser la vapeur ? En parler ne suffit pas. Comprendre pourquoi on en est arrivé là, non plus.

Pour gagner en confiance :

  • Relevez des défis qui ont du sens pour vous,d’une difficulté progressive et bien dosée (la barre ne doit être ni trop haute, ni trop basse). Soyez honnête vis-à-vis de vos limites actuelles et repoussez-les sans vous faire violence.
  • Pour tenir dans la durée, vous aurez besoin d’être bienveillant envers vous-même. Tirez des leçons de vos vos éventuels échecs, avec compassion et patience. Encouragez-vous comme on encourage un enfant à essayer quelque chose de nouveau, soutenez-vous et faîtes appel, pourquoi pas, au soutien des autres.

Pour faciliter les choses, on peut se faire accompagner dans cette démarche par un professionnel qui nous aidera à identifier nos freins et à savoir les gérer. La peur, les pensées négatives, le doute, la honte, l’autocritique exacerbée, ne sont pas une fatalité. Mais le bon sens et la volonté ne suffisent pas toujours pour se libérer de ces entraves parfois profondément ancrées. Il peut suffire de quelques séances avec un spécialiste pour acquérir les bonnes techniques, se libérer de ces entraves et passer à l’action. Une fois le train en marche, il ne reste qu’à entretenir le mouvement…

Si vous croyez qu’il est trop tard pour vous, que vous ne pouvez plus changer… je vous laisse méditer sur ce proverbe chinois : « Le meilleur moment pour planter un arbre était il y a 20 ans. Le deuxième meilleur moment est maintenant. »

Peut-on avoir trop confiance en soi ?

C’est une question que l’on me pose parfois. Les personnes modestes redoutent parfois de prendre des risques inconsidérés ou de mépriser les autres du fait d’un trop-plein d’assurance. Le seul fait de se poser la question donne à penser que l’on ne tombera sans doute jamais dans ce travers, mais si vous avez besoin d’être rassuré, sachez que la clé est d’équilibrer la confiance avec d’autres forces pour qu’elle reste « saine » : l’objectivité, le respect des autres, l’ouverture d’esprit… si vous cultivez ces traits, vous saurez garder une capacité de remise en question, construire une confiance en soi forte et solide mais pas rigide.

Pour en savoir plus : Il existe de nombreux ouvrages sur le sujet. Si vous souhaitez travailler seul(e) sur votre confiance en vous, privilégiez les ouvrages avec de nombreux exercices pratiques et ne vous contentez pas de les feuilleter ou d’y réfléchir, passez à la pratique, aussi souvent que possible.


Crédit image : MaxPixel

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer